La java du diable

Charles Trénet

Un jour le diable fit une java
Qui avait tout l'air d'une mazurka
Valse à trois temps, il n'savait pas
Ce qu'il venait de composer là
Aussitôt la terre entière
Par cet air fut enchantée
Des dancings aux cimetières
Tout le monde la chantait
On la dansait à petits pas
Et bien souvent aux heures des repas
Le Diable venait sur sa java
Frapper du pied dans les estomacs

Des p'tits malheurs vite commencèrent
Car ce refrain de Lucifer
Planait partout, tout d'suite appris
Circonvenant bien les esprits
Vers la fin du mois d'décembre
Un député pris de court
A la tribune de la Chambre
Dit dans son discours
Un, deux, trois, quatre
Un, deux, trois, quatre
C'est mon programme
Est-ce qui'il vous plaît?
A coup d'fusil on dut l'abattre
Il expira au deuxième couplet

La salle Pleyel n'écoutait plus
Des grands concerts un seul lui plut
Celui où l'chef d'orchestre mêla
Sébastien Bach et la java
Ronde folle, ronde folle
Brusquement un grand acteur
Au beau milieu de son rôle
Trahit son auteur
Un, deux, trois, quatre
Un, deux, trois, quatre
Ah quelle pagaille dans le théâtre
Les spectateurs montèrent sur scène
L'œil en fureur et le geste obscène

Au-delà des mers ce fut bien pire
Le mal gagna c'est trop affreux
Il lui fallait pour son empire
Jusqu'au pôle Nord et la Terre de Feu
Mais le plus terrible ravage
Fut dans l'monde des banquiers
Où la grande java sauvage
Fit des victimes par milliers
Un, deux, trois, quatre
Un, deux, trois, quatre
Hurlaient New York et Chicago
L'or se vendit au prix du plâtre
Et le cigare au prix du mégot
Puis un jour tout d'vint tranquille
On n'entendit plus d'java
Dans les champs et dans les villes
Savez-vous pourquoi?
Parce que le Diable s'aperçut
Qu'il n'touchait pas de droits d'auteur
Tout ça c'était d'l'argent d'foutu
Puisqu'il n'était même pas éditeur
Tout ça c'était d'l'argent d'foutu
Puisqu'il n'était même pas éditeur
Allez, remportons notre musique
Et retournons en enfer


Posts relacionados

Ver mais no Blog


Mais músicas de Charles Trénet

Ver todas as músicas de Charles Trénet