Mad, La Rene Des Mensonges

Charles Gounod

Mab, reine des mensonges,
Préside aux songes;
Plus légère que le vent décevant;
À travers l'espace, à travers la nuit,
Elle passe, elle fuit!
Son char, que l'atome rapide
Entraine dans l'éther limpide,
Fut fait d'une noisette vide
Par ver de terre le charron!
Les harnais, subtile dentelle,
Ont été coup´dans l'aile
De quelque verte sauterelle
Par son cocher le moucheron!
Un os de grillon sert de manche
À son fouet dont la mèche blanche
Est prise au rayon qui s'épanche
De Phoebé rassemblant sa cour!
Chaque nuit dans cette equipage
Mab visite, sur son passage,
L'époux qui rêve de veuvage
Et l'amant qui rêve d'amour!
A son approche la coquette
Rêve d'atour et de toilette,
Le courtisan fait la courbette,
Le poète rime ses vers!
À l'avare, en son gîte sombre,
Elle ouvre ses trésors sans nombre,
Et la liberté rit dans l'ombre
Au prisonnier chargé de fers.
Le soldat rêve d'embuscades,
De batailles et d'estocades
Elle lui verse les rasades
Dont ses lauriers sont arrosés.
Et toi qu'un soupir effarouche
Quand tu reposes sur ta couche,
O vierge! elle effleure ta bouche
Et te fait rêver de baisers!


Posts relacionados

Ver mais no Blog